Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Aller en bas

Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par Coacho le Sam 9 Juin 2007 - 9:21

Bon, le titre aurait pu être plus court mais c'était une façon de mettre 2 titres plus que voluptueux sur ces 2 auteurs.
Loo Hui Phang avait eu la grâce de nous offrir cet album déjà superbe :



Et j'en avais dit un truc du genre :

Je suis bien incapable de faire un rapport de lecture honnête et cohérent de ce livre.
C’est tout simplement scotchant, bluffant, énorme dirais-je même pour faire le djeunz !
J’avais lu dans cette collection le Comix Remix d’Hervé Bourhis qui m’avait bien plu et j’avais la désagréable impression que ce « Prestige de l’uniforme » était une variante sur le thème…
Pourtant, après avoir plusieurs fois feuilleté les 80 pages de ce double expresso, j’étais attiré par ces cases sombres, ces dessins fouillés, mais bon… Sans plus d’envie que ça.
Traînant un midi dans ma Fnac, désœuvré, rien à lire avec moi, je me suis dit « Pourquoi pas ? » et j’ai acheté cet album un peu résigné par ma maladive compulsivité dans l’achat !
Est-ce pour cela que j’ai apprécié cet album ? Est-ce parce que je n’en attendais rien de particulier ? Est-ce parce que je n’avais pas de préjugés mais bien quelques a priori négatifs ?
Peut-être… Mais en fait, non. Il faut savoir reconnaître quand c’est bon et là, ça l’est !
Très vite on est happé par l’existence de Paul, ou plutôt son inexistence, dans un laboratoire Kafkaïen qui le coupe de toute réalité, à commencer par sa famille.
Sa femme subit et soutient son mari, malgré une certaine perversité psychologique dans cette démarche.
Sa fille souffre de l’absence de son père et développe de sombres pensées.
Et un jour, l’accident de recherche.
Le corps de Paul mute et il vit une période d’éclaircie dans sa vie.
Le scénariste, Loo Hui Phang, utilise le mode narratif personnel et c’est donc par les yeux du héros, et ses pensées, que nous lisons ce bouquin.
C’est désespéré, fort, poignant, beau… Les mots me manquent un peu pour faire quelque chose qui soit du niveau du sentiment qui m’a étreint à la lecture de cet album.
Une sorte de clin d’œil fait à tous les anonymes en quête d’un peu de lumière, une ode à l’anonymat, et une description fine et intelligente sur les méfaits de la reconnaissance et la gestion de la notoriété.
Un album magnifique à ne pas manquer. Dire que j’ai failli passer à côté…
L’édition nous réserve parfois de belles surprises, Prestige de l’uniforme en fait partie.
avatar
Coacho
Admin

Nombre de messages : 5711
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par Coacho le Sam 9 Juin 2007 - 9:27

Mais le but de ce sujet était SURTOUT de vous faire découvrir l'association de Cédric Manche et de Loo Hui Phang sur ce qui s'annonce comme un tryptique lisible indépendemment.
Je m'explique.
Le but est de faire 3 albums sur le thème des tourments amoureux et de la complexité des relations.
Le premier tome était... Disons... Du pur cristal. Quelque chose qui, dès lors que l'on sait se connecter sur l'onde des auteurs, vous livre un terrassant récit.
Il s'agissait de Panorama



Et ce que j'en avais écrit après lecture

Parfois, vous ouvrez un livre, vous le parcourez, puis vous le lisez attentivement pour en ressortir d’une humeur différente. Il s’est passé quelque chose, vous avez été transformé.
Vous ne savez ni comment, ni pourquoi mais c’est pourtant bien réel.
Vous avez envie de communiquer à votre entourage ce sentiment mais voilà que vous ne savez pas comment faire cela. Comme une paralysie lexicale, ou bien la sensation de ne pas être à la hauteur d’exprimer correctement ce que vous avez ressenti sans risquer d’abîmer ou dénaturer l’œuvre…
C’est le cas de « Panorama », dessiné par Cédric Manche et scénarisé par la brillante Loo Hui Phang que l’on connaît dernièrement pour son non moins sublime « Prestige de l’uniforme ».
Cette scénariste a le don de nous conter des histoires hors-norme face auxquelles il est difficile de rester de marbre.
Mais quid de « Panorama » donc ? Puis-je essayer d’en dire quelque chose de cohérent ?
Sur la base d’une idée simple, nous sommes conduits à pénétrer la vie d’une maison de famille dont les 2 locataires sont aussi différents que complémentaires.
Hariyoshi est un étudiant un peu désabusé et cynique qui termine sa thèse de littérature.
Yukio est plus mystérieux mais semble être un photographe fortuné dont les sujets de prédilection se trouvent du côté de la gente féminine.
Ami et mécène, Yukio suscite, consciemment ou non, une fascination de la part d’Hariyoshi.
M. Mizumi, le propriétaire, fait le lien entre ces deux personnages en les appréciant tous les deux mais en les opposants tout de même, signe d’une aigreur dont nous ne connaîtrons peut-être jamais les raisons…
Dans cette maison, les femmes se succèdent et Hariyoshi, intrigué, va se laisser aller à quelques curiosités bien coupables qui ne vont qu’aiguiser plus encore sa curiosité et son envie de s’approprier le personnage de Yukio, qui devient peu à peu son ami…
Tout en délicatesse, l’histoire rédigée par Loo Hui Phang va nous montrer le chemin trouble que va emprunter ce jeune étudiant qui, pour aussi cynique qu’il puisse être, n’en est pas moins jeune et naïf.
Il passera par le jeu des confidences, celui de la découverte des femmes d’âge mûrs (ou plus perverses), découvrira des pratiques jusqu’alors inconnues de lui, et connaître l’obsession.
En effet, de nombreuses cases illustrent celle-ci par ces créatures « pluri-mamellaires », qui serpentent et l’enserrent, jusqu’à l’intenable.
Ce trouble confirmera son changement de personnalité et conduira inexorablement Hariyoshi à sa mutation en adulte, définitivement, quand il se heurtera aux vices, secrets, et situations particulièrement confuses qui tissent la vie familiale de son ami Yukio.
Cela le conduira à un abandon (de sa chrysalide ?) et à une chute vertigineuse d’un point de vue sentimental.
La perdition, la perversion, l’abandon, le travestissement, jusqu’à l’humiliation même, finiront d’achever sa mutation. D’autres épreuves l’attendent et seront impitoyables.
Le dessin de Cédric Manche est on ne peut plus juste.
Clair, épuré, et non pas minimaliste, il souligne parfaitement les apnées orchestrées par la diabolique Loo Hui Phang qui nous entraîne dans un maelström émotionnel, au rythme nonchalant, qui nous fait finement et habilement accepter le franchissement souvent difficile de ce que notre morale réprouve, sème le trouble, révèle des éléments pour mieux en cacher d’autres.
Les allusions sont légion, les révélations sont prises avec émotion, les silences sont parlants alors que certains dialogues sont volontairement silencieux, bref, vous l’aurez compris, avec beaucoup de sensibilité, vous traverserez toute une gamme de sentiments simples et complexes sans que la dualité soit basiquement binaire.
Qu’ai-je réussi à en dire ? Je ne sais pas… Je suis sûrement aussi illisible que perdu dans ma contemplation introspective. Ce livre est beau, riche, fort, émouvant, frissonnant, inhabituel, prenant, troublant et, à coup sûr, envoûtant pour quiconque veut se laisser bercer par ce conte qui gravite entre réalité et onirisme. Bravo et merci.
avatar
Coacho
Admin

Nombre de messages : 5711
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par Coacho le Sam 9 Juin 2007 - 9:29

Mais enfin, et surtout, je voulais vous prévenir de la sortie de "J'ai tué Géronimo", 2 album de ce tryptique des 2 auteurs .
Et, même si je ne l'ai pas encore lu, j'ai déjà l'impression de tenir un livre à part...

avatar
Coacho
Admin

Nombre de messages : 5711
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par Dieu le Sam 9 Juin 2007 - 21:44

J'ai beaucoup aimé aussi Prestige de l'uniforme. Pas mal pour une histoire de super heros finalement! Il faut aussi tirer un coup de chapeau aux dessins de Micol qui est devenu un dessinateur de premier plan.

Les deux autres bouquins me tentent aussi mais je commencerais bien par Geronimo (les belles gambettes). Il y a un ordre de lecture pour le tryptique?
avatar
Dieu

Nombre de messages : 365
Date d'inscription : 21/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://labaraqueafritz.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par Coacho le Sam 9 Juin 2007 - 21:56

Dieu, je te confesse qu'il n'y a aucun ordre particulier.
Le tryptique est thématique, mais tout peut être lu séparément.
Le premier se passe dans un Japon d'entre deux guerres (années 20) tandis que le deuxième se déroule dans les années 50 (je dis ça à vue de nez en survolant les planches parce que je n'ai pas encore commencé le livre).

Les personnages n'ont rien en commun, ne sont pas les mêmes.
Donc oui, tu peux librement lire ce "J'ai tué Géronimo" en toute liberté ! Wink

Mais ne rate pas le premier qui est déjà un sommet de poésie et de beauté !
avatar
Coacho
Admin

Nombre de messages : 5711
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par marcel le Lun 11 Juin 2007 - 12:03

Panorama est effectivement une grande reussite. Geronimo est lui dans ma pile des "a lire", mais ne devrait pas y rester longtemps.

J'en profite pour faire subir les dernieres exactions aux mouches de mon Coacho en precisant, moi qui ne mets jamais aucun accent par contrainte claviere (claviste ?), que c'est volontaire si je n'en mets pas a Geronimo. Voir la couverture du livre.
avatar
marcel

Nombre de messages : 1560
Age : 45
Localisation : Nice
Date d'inscription : 21/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par Coacho le Lun 11 Juin 2007 - 12:57

Et je rappellerai juste à mon vraiment tout p'tit ami que par définition Bescherellienne, il n'existe pas de fautes d'orthographe aux noms propres donc paf la mouche ! Very Happy
avatar
Coacho
Admin

Nombre de messages : 5711
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par marcel le Lun 11 Juin 2007 - 15:25

Coacho a écrit:Et je rappellerai juste à mon vraiment tout p'tit ami que par définition Bescherellienne, il n'existe pas de fautes d'orthographe aux noms propres donc paf la mouche ! Very Happy
C'est quoi cette connerie ?... Quand tu fais une dictee a l'ecole tu veux dire ?... Mais la, t'es bien trop VIEUX pour ca !
avatar
marcel

Nombre de messages : 1560
Age : 45
Localisation : Nice
Date d'inscription : 21/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par Coacho le Lun 11 Juin 2007 - 15:26

Les leçons restent mon ami. Si petit qu'il en est resté aux justifications d'enfants à l'école ! WAHAHAHAHAA ! Laughing
avatar
Coacho
Admin

Nombre de messages : 5711
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par marcel le Lun 11 Juin 2007 - 15:28

Non, je voulais dire : on compte pas les points, la, mossieur Kautcheaux.
avatar
marcel

Nombre de messages : 1560
Age : 45
Localisation : Nice
Date d'inscription : 21/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par Coacho le Lun 11 Juin 2007 - 17:14

Ah, je me disais aussi monsieur Marssèlle !
avatar
Coacho
Admin

Nombre de messages : 5711
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par Coacho le Jeu 15 Nov 2007 - 17:54

Bon, j'ai lu il y a quelques temps déjà "J'ai tué Géronimo" et je n'ai pas encore trouvé le temps de rédiger un petit avis personnel donc en attendant, je vous propose de lire l'entretien avec Cédric Manche que certains auront déjà lu sur Xeroxed.be...

C'est là : http://goldenchronicles.blogspot.com/2007/10/correspondances-v-cedric-manche.html Wink
avatar
Coacho
Admin

Nombre de messages : 5711
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par Coacho le Ven 16 Nov 2007 - 16:57

Tiens, pour avoir un avis, très personnel bien entendu, sur la suite de Panorama... J'ai tué Géronimo donc ! Wink

Les auteurs du sublimissime Panorama, par ailleurs adapté à l’écran par la scénariste elle-même, nous reviennent avec la pièce centrale de ce qui sera un triptyque unique sur l’exploration des sentiments les plus sourds.
Je m’étais déjà fort impliqué dans la lecture de Panorama, un pur chef-d’œuvre, et je ne saurai trop vous conseiller, sinon de lire cet album, d’en lire au moins ma chronique pour tenter de vous en convaincre.
C’est donc avec autant d’envie que d’appréhension que je me lançais dans la lecture de ce nouvel album. Première constatation, le dessin, toujours aussi épuré, propre, fait toujours autant mouche. D’un très léger, incroyable de précision, Cédric Manche touche l’essentiel pour laisser son dessin se confondre avec l’émotion qu’elle véhicule. Ce sont ces petites touches, ces cadrages, ces rehausses d’un léger lavis qui donnent vie au trait du dessinateur.
Mais quid du fil narratif me direz-vous ?
Et bien toute l’intelligence de Loo Hui Phang a consisté à aborder pratiquement les mêmes thèmes, forts, complexes, et psychotropiques, que ceux brossés dans Panorama.
Ainsi, on retrouve les mêmes troubles, les mêmes désirs, les mêmes perversions, la même question d’identité, mais le tout transposé en une autre décennie, et, plaisir supplémentaire, en inversant les rôles majeurs.
Le rôle principal est offert à une femme, Edna.
Rôle est le terme adéquat car Edna est une petite actrice de seconde zone qui tente de survivre de petits boulots figuratifs en rêvant de la gloire.
Une gloire qu’elle effleurera de manière éphémère en jouant de sa ressemblance avec la star du moment : Carol Hataway.
Elle finira d’ailleurs par se perdre dans cet exercice schizophrène qui lui fait mélanger son rêve et sa réalité.
C’est encore un récit incroyablement entêtant, envoûtant, qui donne non pas un autre regard, mais dépeint avec une incroyable force une autre forme de fascination de ces humains qui se perdent quand ils cèdent à leurs pulsions et désirs.
Peut-on lire « J’ai tué Géronimo » indépendamment de « Panorama » ?
Oui, c’est possible car bien que complémentaires, ils n’en sont pas moins singulièrement différents. Mais ainsi se coupe-t-on de tous les échos que les livres se renvoient.
Outre la similitude des thèmes, il y a des figures narratives qui restent des pièces maîtresses de l’architecture des deux récits.
Bien entendu, l’inversion des personnages centraux n’est pas innocente, mais il y a d’autres éléments comme l’omniprésence de la photographie.
Dans Panorama, il y avait une femme borgne photographiée, dans Géronimo, il y a un photographe borgne.
La présence des cordes, et de l’obsession du ligotage se retrouve dans les deux livres.
Dans Panorama, la femme était amante, c’est l’homme qui le devient dans ce nouveau livre.
Et chacun de ces amants partage la même passion pour le tatouage.
Autre symbole fort, les aquariums. Quand dans Panorama un baiser volé s’échange devant un amas de poulpes, c’est devant un amas d’anguilles que se vole celui de Géronimo.
Et tout cela fait bien entendu écho à chacune des couvertures.
Et il reste encore tellement de liens que je ne me sens pas d’en faire ici une exhaustive liste.
Mais ça me permet d’appuyer sur un point essentiel : la construction et la vision globale de ce triptyque. Tout y est pensé, réfléchi, agencé, dans une sorte de grand cycle dont chaque lecteur ne ressortira pas indemne.
Encore un très grand livre qui, si vous savez vous laisser enivrer, vous emportera très loin dans un tourbillon d’émotions et d’explosion de vos sens, et qui rendre difficile votre retour à la réalité.
avatar
Coacho
Admin

Nombre de messages : 5711
Age : 48
Localisation : Monaco
Date d'inscription : 11/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Panorama sur Manche & Loo Hui Phang qui ont tué Géronimo

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum